Aller au contenu principal

Articles Recherche à l’IUT d’Aix-Marseille

  • Articles du mois de Février

    photo 1.png

    Audrey BONJOUR

    Dans cet article, nous avons développé une approche interdisciplinaire (sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation) pour étudier l'impact d’un dispositif pédagogique, appelé CurriQvidéo déployé à l’Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation) de Nice pour la formation initiale des futurs enseignants du primaire. Dans le cadre de cette collaboration IMSIC (Institut méditerranéen des sciences de l’information et de la communication) - LINE (Laboratoire d'Innovation et Numérique pour l'Éducation) et avec ce projet financé par l’Université Côte d’Azur, nous montrons que le dispositif intègre des usages créatifs du numérique et de l’intelligence artificielle avec des espaces accrus de communication autour des enjeux de développement durable notamment. Nous mettons en évidence également comment ce dispositif permet de créer un Carrefour des Apprentissages qui offre de nouvelles potentialités de considérer la figure de l’étudiant inscrit dans les parcours MEEF (Métiers de l'Enseignement, de l'Education et de la Formation) et peut faciliter le développement d’une pédagogie contemporaine se situant entre éducation et communication

    Frédéric FLOUVAT

    Coordonné Frédéric FLOUVAT (laboratoire LIS), le projet ANR SITI (dynamics of informal Settlements in the pacific Islands ciTIes, 2023-2026, financement 704 000 euros) vise à développer des connaissances et des nouveaux outils d'intelligence artificielle (simulation multi-agents et machine learning) pour analyser un mode d'urbanisme particulier des villes-capitales du Pacifique insulaire (Port-Vila, Suva et Nouméa).

    article 2 photo 1.png

    Ces habitats qualifiés d'informels, de « villages en ville », abritent une part de plus en plus importante de la population autochtone. Ils forment des poches résidentielles de petites constructions en marge de l'urbanisation réglementaire et de son aménagement. La gestion de ces espaces, à l'intersection des modes de vie traditionnel et moderne, est donc un enjeu majeur pour les autorités. En croisant différents protocoles et méthodes de recherche, le projet a pour objectif d'amener une meilleure compréhension des dynamiques urbaines qui ont produit et perpétué ces quartiers informels. Pour cela, ce projet s'appuie sur une approche interdisciplinaire faisant appel à l'histoire, l'urbanisme, la géographie, l'économie, la télédétection et l'intelligence artificielle. Il mobilise une vingtaine de chercheurs (Aix-Marseille Université, Université de la Nouvelle-Calédonie, Université de Lyon et IRD), et deux entreprises (Ecosophy et Insight).

    article 3.png

    Ingrid MAZZILI

    Cet article, co-écrit avec Christian Defélix (Professeur de Gestion des Ressources Humaines, Grenoble IAE-INP, Université Grenoble Alpes) a été publié dans une revue internationale québécoise en sciences de gestion et management en décembre 2022. A partir de plusieurs études de cas réalisées en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sur les filières viti-vinicoles dans le Var et Transport et Logistique dans les Bouches-du-Rhône, l’article revient sur la construction de démarches de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale (GPECT) initiées par trois Maisons de l’Emploi.

    Celles-ci ont impliqué la participation d’organisations publiques et privées pour élaborer ensemble des projets répondant aux besoins de développement de l’emploi et des compétences de leur territoire. Cette recherche interroge les effets qualitatifs produits en matière de travail collaboratif à différents niveaux, non-attendus et pourtant identifiés au cours de ces projets. Mots-Clés : projets collaboratifs territoriaux, cross-sector collaboration, GPEC territoriale, appréciation, effets qualitatifs émergents

    Wael HAFSA 

    Dans un contexte environnemental bénéfique à son utilisation, le bois a longtemps occupé une place de choix dans la construction. Il a toujours présenté des avantages considérables allant jusqu’à être considéré comme un puits de carbone qui stocke le CO2 et qui contribue à la lutte contre l'effet de serre. La gestion de la durabilité de ce matériau représente un enjeu socio-économique dans un premier temps, mais aussi des intérêts environnementaux et culturels importants.

    article 4.png

    Dans ce contexte, l’humidité interne de ce matériau est un paramètre important qui peut conditionner les propriétés physiques et mécaniques des éléments de structure en bois. Cependant, la mesure du taux d’humidité peut s’avérer complexe à cause de la variabilité du matériau et/ou des capacités des outils de mesure.

    Ce travail de recherche a eu pour objectif d’étudier le comportement hydrique de ce matériau en utilisant une approche de Contrôle Non Destructif (CND) basée sur la Tomographie de Résistivité Electrique. Cette technique habituellement employée dans le domaine de la géophysique, a été utilisée afin d'établir une évaluation fiable de la distribution de la teneur en eau dans un échantillon de Douglas. Cette méthode est basée sur l'injection de courant électrique et la mesure de la différence de potentiel à l'aide d'électrodes insérées dans l'échantillon. Les mesures électriques ont été couplées à une approche numérique par éléments finis. Une inversion numérique a été réalisée afin de minimiser l'écart entre les simulations et les données expérimentales. Le résultat de cette étude propose une approche mixte efficace pour identifier un profil de résistivité longitudinal pendant le processus d'humidification du bois. La corrélation de la teneur en eau avec la résistivité électrique permettra à terme de disposer d’un outil robuste pour l'identification in-situ de la distribution de la teneur en eau des éléments de structure en bois.

    article 5 photo 1.png

    Mathias MONNOT (CHIMIE)

    Mathias Monnot et Philippe Moulin du département Chimie (laboratoire M2P2), en collaboration avec d’autres collègues d’AMU (laboratoire LCE), publient deux articles dans la revue Water Research sur l’analyse des microplastiques dans les eaux et l’étude de leur rétention par les procédés membranaires (Yang et al., 2023a, 2023b).

    Les microplastiques de petites dimensions ont été largement étudiés dans les compartiments environnementaux.

    article 5 photo 2.png

    Cependant, il n'existe pas de normes communes et standardisées pour la préparation et l'analyse d'échantillons d'eau complexes contenant de telles particules donc les résultats peuvent parfois être discutables.Par conséquent, une approche méthodologique pour l'analyse des microplastiques de 10 µm à 500 µm adaptée aux échantillons complexes réels d'eau a été développée en utilisant la spectroscopie μ-FTIR (microscopie infrarouge à transformée de Fourier) couplée au freeware analytique siMPle. Cette analyse a été réalisée sur différents échantillons d’eau : eau de mer, eau douce et eaux usées. Cette méthodologie analytique quantitative et qualitative améliorée pour la détection des microplastiques a ensuite été utilisée pour évaluer l'efficacité

    d'élimination des procédés de traitement conventionnels et membranaires de différentes usines et stations d'épuration en France. La distribution et le devenir des microplastiques dans différentes sources d'eau et leurs stations de traitement ont donc été étudiés avec la même méthodologie analytique permettant une comparaison précise. L'enquête a permis de déterminer que les eaux usées contenaient le plus de microplastiques en quantité, suivies par les eaux de surface/les eaux souterraines et l'eau de mer. Le polyéthylène était le matériau dominant dans presque tous les types d'eau, suivi du polypropylène, du polystyrène et du polyéthylène téréphtalate.

    Presque tous les procédés de traitement ont pu éliminer les microplastiques entre 69,0% et 99,9%, quels que soient les types d'eau d'alimentation et la concentration en microplastiques. L'ultrafiltration a particulièrement été confirmée comme une technologie efficace pour la rétention des microplastiques à la fois à l’échelle laboratoire et à l’échelle industrielle.

    Ce travail a bénéficié d’un prêt de microscope FTIR de la société PerkinElmer, d'une aide du gouvernement français au titre de France 2030, dans le cadre de l’Initiative d’Excellence d’Aix-Marseille Université - A*MIDEX (AMX-19-IET-012) - Institut Méditerranéen pour la Transition Environnementale (ITEM) et d’une aide de la fédération de recherche ECosystèmes COntinentaux et Risques EnVironnementaux (ECCOREV).

    Anne LESME

    Cet article prend place dans un ouvrage qui clôt le quadriennal de l’équipe « Relation à l’Autre, Mémoire, Identité » (RAMI) qui s’est déroulé en 2018-2022, au sein du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA — UR 853) à Aix Marseille Université. Au croisement de la littérature et des arts visuels, le séminaire de recherche a mis l’accent sur une approche pluridisciplinaire axée sur la relation à l’autre, la mémoire et l’identité culturelle. Cet ouvrage examine la manière dont les fantômes hantent et façonnent les identités culturelles et la mémoire, en considérant la manière dont les fluctuations de ces identités impliquent parfois de repenser ou de réécrire le passé.

    article 6.png

    Ce chapitre d’ouvrage (L’invisibilité du petit cireur de chaussures américain : création et persistance d’une icône fantomatique) examine la manière dont les arts visuels nous informent sur le pouvoir de ce qui est devenu une image emblématique des enfants de rue aux États-Unis : le petit cireur de chaussures indépendant et joyeux. Alors qu’il est omniprésent dans la ville et dans l'imaginaire populaire, sa véritable nature reste invisible. Des années 1870 aux années 1940, son image reste idéalisée, figée dans le temps, l'enchaînant à son statut iconique d'éternel fantôme, d'enfant qui ne vieillit jamais, de spectre perturbateur.

    article 7.png

    Laetitia DARI (TC Aix) - Gilles GUIEU (GEA Gap)

    Comment régénérer une filière industrielle lorsqu’elle s’est effondrée ?

    C’est la question que se sont posée Laetitia Dari et Gilles Guieu, tous deux membres du CRET-LOG, en croisant la littérature portant sur la régénération stratégique et un terrain d’études particulier, celui de la production de liège en Aquitaine. Un facteur essentiel semble être la présence d’un acteur tiers, une structure permettant de fédérer, coordonner et stabiliser les relations entre entreprises.

    Les enjeux de la question sont vitaux. Nombre de filières n’ont pas su se régénérer du fait de l’absence d’un acteur tiers combinant des dynamiques individuelle et collective, comme les activités textiles en France. Il est aujourd’hui vital de comprendre comment un acteur tiers peut favoriser la régéné­ration collective.

    L’étude de la filière du liège en Aquitaine. L’analyse menée par Laetitia Dari et Gilles Guieu a permis de faire émerger une situation de régénération collective qui tend progressivement à reconstruire les différents maillons de la filière subéricole. Au début des années 2000, il n’y a plus de récolte de liège. Afin d’être moins dépendantes des marchés étrangers et de proposer aux clients des produits dont l’ancrage identitaire est fort, les entreprises de la région ont décidé de se regrouper. La structuration de ces relations s’est faite autour d’un acteur tiers clairement identifié : l’association Le Liège Gascon.  Deux réponses centrales à la question de la régénération d’une filière sont identifiées :

    (1) la régénération de la filière doit être collective, les actions individuelles ne sauraient suffire ;

    (2) la régénération de la filière doit être organisée autour d’un acteur tiers qui joue trois rôles différents : en tant qu’architecte, il fédère les actions des entreprises ; en tant que chef d’orchestre, il pilote les activités ; en tant que gardien, il encadre et contrôle les activités.

  • Articles de 2022

    Capture d’écran 2022-12-07 à 09.47.10.png

    Nicolas ROCHE (GCGP)

    Dans cet article nous avons développé une approche interdisciplinaire (Génie des Procédés, Physico-chimie, Microbiologie) pour étudier l'impact de nanoparticules de Cérium émis dans les gaz d'échappement sur le fonctionnement des stations d'épuration des eaux usées. Dans le cadre de cette collaboration CEREGE-CEA-UGA (Projet financé par le LabEx SERENADE), nous avons pu mettre en évidence que la présence de nanoparticules de Ce02 dans les eaux usées avait un impact non négligeable sur le fonctionnement des bioréacteurs de méthanisation des boues de stations d'épuration, les voies métaboliques et la production de biogaz.

    Florence BERNARD (MLP)

    Bien avant d’entrer, en 2007, au répertoire de la Comédie-Française, Bernard-Marie Koltès (1948-1989) a fait les beaux jours du Théâtre des Amandiers de Nanterre, alors dirigé par Patrice Chéreau. De 1983 à 1988, le metteur en scène a en effet créé tour à tour Combat de nègre et de chiens, Quai ouest, Dans la solitude des champs de coton et Le Retour au désert, avant que les années 1990 ne fassent de Koltès l’auteur de théâtre français le plus joué dans le monde.

    Cet ouvrage, qui réunit une équipe internationale de 29 spécialistes (France, Belgique, Suisse, Italie, Liban, Etats-Unis, Chine), aborde l’intégralité de l’œuvre du dramaturge français : les pièces qui lui ont valu la reconnaissance du milieu théâtral y sont étudiées, tout comme ses premiers textes écrits pour la scène, ses principaux entretiens, sa correspondance ou ses incursions dans d’autres domaines artistiques, du roman à la nouvelle, en passant par le cinéma.

    Intégrant les travaux critiques les plus récents au gré des 242 entrées qui le composent, ce livre, que Florence Bernard a également pourvu d’une préface, d’une chronologie, d’une bibliographie générale et d’un index des entrées, témoigne de la curiosité intellectuelle et du sens de la liberté qui ont guidé la vie et l’écriture de cet homme solaire et secret, considéré aujourd’hui, en France comme à l’étranger, comme un grand nom du théâtre.

     

    Capture d’écran 2022-12-01 à 09.38.19.png
    Recherche RAMANIRAKA.png

    Manda RAMANARIKA (GCCD) - Sandrine RAKOTONARIVO (GMP) - Cédric PAYAN (HSE) - Vincent GARNIER (GMP)



    Le béton demeure un matériau incontournable dans la construction, il constitue la majorité des ouvrages du génie civil. Un diagnostic fiable sur son état de santé est nécessaire pour assurer sa durabilité et ainsi la sécurité des infrastructures dans les secteurs de la construction (ouvrages d’arts, bâtiments) ou de l'énergie (barrages, centrales nucléaires). Les ultrasons - à la base des examens échographiques en médecine - montrent de forts potentiels dans l’examen non destructif du béton.

    Cependant, ce matériau présente une structure très hétérogène : granulats, sable et porosités de différentes tailles sont présents dans la pâte de ciment durcie. La propagation des ondes devient ainsi très complexe à décrire dans ce milieu vu le degré d’hétérogénéité à toutes les échelles (du micromètre au décimètre). Toutefois, les équations de propagation peuvent être simplifiées par une équation de diffusion de l’énergie (équation de la chaleur) permettant de rendre compte du degré de complexité à partir de seulement deux paramètres.

    L’interface entre la pâte de ciment et les granulats est matérialisée par une fine couche très poreuse dénommée « Interfacial Transition Zone » qui constitue le « maillon faible » du béton : les endommagements, aussi bien mécaniques, que thermiques ou chimiques, y prennent naissance. Cela rajoute un degré de complexité au matériau et sa description devient un véritable enjeu scientifique pour décrire - voire prédire - l’état de santé du béton. Ces travaux de recherche - les premiers à quantifier l’effet de cette interface sur la diffusion des ultrasons dans le béton – ont permis de faire converger les résultats des simulations numériques vers les mesures expérimentales. Cette première étape est rendue possible par le développement d’un modèle numérique de béton intégrant les paramètres physiques de cette « ITZ ». Cette avancée majeure permettra à terme de disposer d’un outil robuste pour faire le lien direct entre des mesures de paramètres ultrasonores sur un béton et l’état exact de sa microstructure.

    Didier COURBET (TC Aix), Céline PASCUAL-ESPUNY (INFO Aix), Pascal BERNARD (GEA Marseille), Pemon KOUADIO (TC Aix)



    Une recherche impliquant des chercheurs en sciences de l'information et de la communication de l'IUT qui  fait suite à un contrat ANR sur le Covid 19 dirigé par Didier Courbet :

    La pandémie de COVID-19 et les confinements ont fourni une occasion sans précédent de mieux comprendre les processus par lesquels les médias sont utilisés pour améliorer l'adaptation et le bien-être altéré. Malgré les importants enjeux de santé en jeu, la dynamique globale des stratégies d'adaptation (coping) basées sur les médias (MBCS), leur évolution dans le temps selon leur efficacité perçue, et leur lien avec le bien-être social sont mal connus. La présente étude qualitative longitudinale, menée en sept phases d'entretiens sur une période de 36 semaines auprès d'une population diversifiée en confinement, déconfinement, puis second confinement (N = 31 ; durée totale 192 heures), montre comment des individus ont mis en œuvre huit familles de MBCS sur deux niveaux interdépendants.

    Capture d’écran 2022-12-01 à 15.16.12.png

    Au premier niveau, deux familles de MBCS ont développé des processus sociaux « micro » et « macro », contribuant au bien-être social. Les médias sociaux satisfaisaient les besoins sociaux généralement satisfaits hors ligne. Deux autres familles ont également amélioré leur bien-être psychologique (eudémonique) et hédonique (émotionnel). Parmi ces MBCS, les stratégies hédoniques (émotionnelles) notamment étaient perçues comme inefficaces après environ un mois de confinement. Quatre familles de MBCS de second niveau ont alors été mises en place et ont été perçues comme efficaces à court et à long terme. Les limites et les nouvelles perspectives ouvertes par les résultats sont discutées.  

    Cette recherche a été financée par deux  contrats de recherche de :

     1) l’Agence Nationale de la Recherche ANR,  « RA-Covid-19 V3, ANR-20-COV3-0003-01 ; Com covid-19 », Juin 2020-21, dir . D. Courbet & Fourquet-Courbet M.-P., Aix-Marseille Université (Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication, IMSIC, EA 7492 ; Laboratoire de psychologie sociale, LPS, EA 849 ; Centre de Recherche sur le transport et la logistique, Cret-Log, EA 881.

    2) l'InCIAM-Institut Créativité et Innovations d’Aix-Marseille : Initiative d'excellence d'Aix-Marseille Université - A*MIDEX, programme  "Investissements d'Avenir" dans le cadre de la subvention InCIAM - AMX-19-IET-005.

ACTUALITÉS

  • 8e éditon de l'AMUSEC

    8e éditon de l'AMUSEC

    Le 21 et 22 mars ont eu lieu le forum sur la sécurité offensive et défensive AMUSEC. AMUSEC est un événement pluridisciplinaire organisé sur 2 jours par Aix-Marseille Université et qui est destiné à […]

La majorité des enseignants de l'IUT d'Aix-Marseille sont des enseignants-chercheurs titulaires d'une thèse de Doctorat. Ils assurent des enseignements et des tâches administratives dans des départements pédagogiques et sont affectés à des laboratoires de recherche ayant comme tutelles le CNRS ou l'INSERM.

Recherche fondamentale et recherche appliquée sont menées à des niveaux d'envergure internationale, toujours en lien avec les domaines de formation de l'IUT dans des secteurs aussi variés que le monde économique et l'entreprise, les sciences physiques, de la terre, la chimie, la biologie, la santé mais également les sciences humaines et sociales, les technologies de l'information et de la communication, l'environnement...

  • Les Enseignants-Chercheurs de l'IUT

    Schéma de répartition des enseignants-chercheurs par discipline
    Repartition disciplinaire des Enseignants-Chercheurs
    • 39% Génie Mécanique, Therm, Électricité, Chimie
    • 16% Économie Gestion
    • 15% Maths informatique
    • 11% Chimie Bio
    • 6% Science de l'Information
    • 5% Lettres et Sciences Humaines
    • 4% Droit
    • 4% Physique

    181 Enseignants-Chercheurs (149 MCF et 32 PR) dans 26 sections CNU, dont 82,5%  rattachés à une structure de recherche labellisée

    • 69% d’EC en secteur secondaire
    • 39% des EC sont en section CNU 60-61-62-63
    • 16% des EC sont en section CNU 5-6

    Chaque année des doctorants intègrent l'IUT en tant qu'attachés temporaires d'enseignement et de recherche (ATER) : ils terminent leur thèse de doctorat tout en assurant des enseignements en IUT.

  • Commission recherche

    La Commission Recherche de l'IUT définit, coordonne et anime la politique de recherche de l'établissement. Elle organise un séminaire annuel de recherche inter-disciplinaire.

  • Laboratoires des Enseignants-Chercheurs

    Liste des laboratoires de rattachement des Enseignants Chercheurs :

    • LMA, UMR 7031
    • CINAM, UMR 7325
    • CPT, UMR 7332
    • INSTITUT FRESNEL, UMR 7249
    • I2M, UMR 7373
    • IM2NP, UMR 7334
    • ISM, UMR 7287
    • ISM2, UMR 7313
    • IUSTI, UMR 7343
    • IRPHE, UMR 7342
    • LCB, UMR 7283
    • LIS, UMR 7020
    • MADIREL, UMR 7246
    • MIO, UMR 7294
    • M2P2, UMR 7340
    • ADEF, EA 4671
    • CERCC, EA 1633
    • CERGAM, EA 4225
    • CRET LOG, EA 881
    • CSPC, EA 1747
    • IMSIC, EA 4262
    • LIEU, EA 889
    • LISA, EA 4672
    • LESA, EA 3274
    • LPS, EA 849
    • LCE, UMR 7376
    • CEREGE, UMR 7330
    • IMBE, UMR 7263, AMU, UMR 237, AU
    • LEST, UMR 7317

Des questions ?