Le Blog des étudiants GB

Visite d'une oliveraie

Le 27 Mars 2018 les étudiants en deuxième année du DUT Génie Biologique option Agronomie se sont retrouvés pour participer à une sortie sur le plateau de Bimont. Ce périple pédagogique avait pour but de faire découvrir aux élèves le fonctionnement d’une oliveraie.  Le propriétaire, Jean-Louis Milliere les a accueillis pour une découverte hors du temps au milieu de ses oliviers. Il a montré aux étudiants ses différentes greffes en couronne et aux yeux ainsi que les différents souquets qui lui ont permis d’étendre son oliveraie.

 L’inconvénient majeur de cette parcelle est à coup sûr le manque d’eau et il a fallu monter de l’eau aux jeunes arbres pendant au moins 10 ans. Les élèves présents ce jour-là, ont d’ailleurs pu mesurer les efforts et les contraintes que peuvent demander des oliveraies. Monsieur Milliere a profité de cette rencontre pour aborder la thématique du sol, des intéractions qu’on peut y retrouver à l’intérieur et de son lien avec les saisons. Cela a permis aux élèves de se rappeler que labourer et par conséquent inverser les horizons du sol à trop forte dose peut engendrer un déséquilibre dans la vie du sol en détruisant les micro-organismes par exemple.

 Fier de sa culture et de son évolution, Jean-Louis Milliere a partagé des techniques afin de fabriquer une solution à base d’hormones de bouturage à partir de feuilles de saule pleureur. Dans le même temps, il a aussi pu donner des conseils pour le traitement de l’œil du paon. Ces  échanges scientifiques ont permis de consolider les savoirs vus en classe à propos de la culture de l’olivier.

Après une dégustation d’huile d’olive fabriquée localement, Monsieur Milliere a montré aux visiteurs les différentes variétés présentes sur ses parcelles : le Bouteillan ramené d’Italie, la Verdale et aussi l’Aglandau qui a été gouté. Puis il a fait une démonstration de taille avec un sécateur électrique intelligent qui, muni d’une cellule photoélectrique, sait faire la différence entre un rameau et un doigt. D’un regard sûr et d’un geste réfléchi, il coupe les rameaux mais juste ce qu’il faut aussi bien pour donner une direction à l’arbre que pour maintenir les feuilles qui protègent le tronc de la brûlure du soleil de l’été.

A la fin de la visite, certains étudiants sont partis avec des rameaux à bouturer afin de perpétrer le partage de ces valeurs.

 

Le Barrage de Serre-Ponçon

Le lundi 19 Février, les étudiants de DUT Génie Biologique, option Génie de l’Environnement sont allés au barrage de Serre-Ponçon dans le département des Hautes- Alpes avec leur professeur d’Energies Renouvelables M. Michel. Ils ont été accueillis par un Alumni Génie Biologique de Digne-les-Bains qui a obtenu son diplôme en 2008. Aujourd’hui employé EDF au sein de la centrale hydraulique de Serre-Ponçon, il a pris du temps pour expliquer aux étudiants les prouesses techniques de l’édifice.

Ils ont tout d’abord assisté à une présentation sur l’histoire des barrages et la construction de celui de Serre-Ponçon à la maison de l’eau et des énergies. Ce barrage est le plus grand d’Europe et équivaut au volume de six pyramides de Khéops. On appelle ce genre de structure un « barrage poids », c’est-à-dire que sa propre masse suffit à s’opposer à la pression de l’eau.

Ensuite, ils ont eu la chance de pouvoir entrer au cœur du barrage avec leur guide du jour pour se rendre compte de l’ingénierie et de la grandeur de cette structure. Ils ont visité la partie qui contient les transformateurs, qui créent de l’énergie électrique à partir de l’énergie mécanique. Ainsi que la partie qui contient les turbines qui tournent sous la pression de l’eau retenue dans le lac.

Ce fût une matinée pleine de beaux paysages et surtout une visite très instructive.

Article rédigé par Joris Giglio, étudiant en DUT GB 2ème année


Une visite au centre de traitement des déchets

Le mardi 6 Février, les étudiants de DUT Génie Biologique, option Génie de l’Environnement se sont rendus dans les Bouches du Rhône pour une journée de visite de deux sites de traitement des déchets. Ils se sont d’abord rendu à GEOLIDE, la station d’épuration de Marseille, durant la matinée. Puis ils ont quitté la cité Phocéenne pour aller à Fos-sur-Mer où ils ont pu visiter l’incinérateur d’EveRé l’après-midi.

C’est un centre multifilière de traitement des déchets ménagers qui s’occupe de 18 communes dont Marseille soit de plus d’1 million d’habitants. Le centre valorise les déchets grâce à trois filières qui sont :
•    une unité de tri permettant d’extraire des déchets ménagers, les plastiques et métaux recyclables, ainsi que les déchets organiques
•    une unité de méthanisation et compostage valorisant les déchets organiques en électricité verte et en compost
•    une unité de valorisation énergétique utilisant les déchets restants comme combustibles pour produire de l’énergie.
   
Unité de méthanisation

Au cours de ces visites, les étudiants ont eu l’opportunité  de voir grandeur nature ce qu’ils ont étudié tout au long de l’année avec leurs professeurs en cours d’assainissement, de traitement des eaux et de traitement des déchets.

Article rédigé par Joris Giglio, étudiant de 2ème année de DUT Génie Biologique, Option Génie de l'Environnement


Les insectes, alimentation du futur ?

Mercredi 8 Novembre, la question de l’alimentation a été abordée en conférence publique dans le cadre du festival ALIMENTERRE. Ce festival a pour but d’informer et de sensibiliser les individus sur le monde agricole d’un point de vue durable. Il lutte notamment pour le droit à l’alimentation pour tous. Cette conférence a été rendue possible par 6 étudiants en deuxième année agronomie (Flora, Marine, Lucie, Cécile, Jean et Damien) ainsi que Madame Chalando, professeur à l’IUT de Digne les Bains en agronomie également.

Le film « Bugs » a été projeté lors de cet évènement. Il s’agissait de découvrir des habitudes alimentaires à travers le monde par rapport à la consommation d’insectes : sujet à la mode puisque la question de diminuer les élevages « standards » (ovins, bovins…) se fait de plus en plus persistante dans les pays occidentaux. Ces élevages seraient trop demandeurs en énergie par rapport aux ressources de notre planète. De nombreuses réactions de la part du public ont pu être visibles, rendant la projection plus vivante.

Après le film, un débat entre le public et une nutritionniste présente spécialement pour l’occasion (Madame Tardan) s’est tenu pendant que de petits récipients contenant des insectes circulaient dans l’amphithéâtre (larves de ténébrion et des grillons) pour la dégustation.

Le temps manquait pour élargir le sujet de la consommation d’insectes à d’autres problématiques telles que les influences des habitudes alimentaires sur les productions agricoles ainsi que les déséquilibres percevables de nutrition à travers le monde.

Le festival ALIMENTERRE sera donc le bienvenu l’année prochaine pour de nouvelles projections et débats !  

Rédaction : Cécile Piquemal, déléguée communication

Les GE à la plage

Non ce n’est pas le nouveau roman jeunesse qui fera succession à Martine ou au club des 5, mais bien une sortie pédagogique, dans le cadre du module d’écologie des étudiants en DUT Génie Biologique, Génie de l’Environnement.

Arrivés au petit matin d'une belle matinée de fin septembre 2017, les yeux encore à demi clos se sont grand ouverts face à la beauté du site. En effet la brume matinale venant lécher les falaises abruptes des criques donnant au site un côté surréaliste digne de l’île du Crâne, résidence d’un primate de cinéma bien connu.

Le but de la sortie : étudier la mise a place d’un parc national et comment le protéger au jour le jour. Accompagnés de notre cher professeur Thierry Rolland, ainsi que de Nathan, éco-garde du parc, toutes les problématiques liées au Parc et à sa protection ont été soigneusement étudiés. Que ce soit l’impact humain sur la biodiversité marine ou l’occupation humaine des calanques avant leur protection, les secrets de ce site d’exception ont tous été révélés aux oreilles attentives des étudiants.

On passera bien évidemment sous silence le pique-nique au bord de l’eau et la baignade dans la calanque de Sugiton pour se concentrer sur les impacts du tourisme estival sur l’érosion des splendides falaises calcaires qui composent les criques.

Une fois séchés et repus, retour au minibus et à Digne, quittant la chaleur maritime pour le froid et la montagne.

Une sortie très enrichissante et qui a rempli d’émerveillement chaque étudiant. Vive Marseille, vive les calanques !

Article rédigé par Rémi Bono, délégué communication GB GE 2017-2018

 


Botanique au sommet

Les étudiants de DUT Génie Biologique option Agronomie appliquent sur le terrain les notions de cours : la sortie pédagogique "* Analyse de la biodiversité des différents étages de végétation, du montagnard à l'alpin, et impacts du pastoralisme" est très exigeante sur le plan du volume d'informations à accumuler et de l'effort physique à accomplir pour parcourir les 23 kilomètres en circuit vers le col de l'Encombrette à 2527m d'altitude et le Lac d'Allos.  C'est une prouesse et un défi personnel pour de nombreux d'entre eux qui ne rateraient cette expérience pour rien au monde !

Une matinée dans les plantes à parfum : visite au CRIEPPAM -  22 mars 2017


Dans le cadre du module ‘’productions spécifiques’’ les étudiants de deuxième année en Génie Biologique Option Agronomie se sont rendus à Manosque au CRIEPPAM (Centre Régionalisé d'Expérimentation en Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales). Cet organisme créé en 1994 formé d'une équipe de techniciens et d’ingénieurs agronomes avait pour but de répondre aux besoins des agriculteurs qui se trouvaient dans une impasse. En effet à cette époque un phénomène de dépérissement des plants de lavandes/lavandins a fait son apparition dans les zones de productions de la région (plateau de Valensole et plateau d'Albion). Ce phénomène étant lié à une bactériose le  phytoblasme de Stolbur, la maladie se propage de pied en pied par piqûre de cicadelle (insecte). Le CRIEPPAM a dés lors développé la production de la filière "plants sains" certifiée indemne de bactériose. Aujourd'hui leur principale production regroupe la filière "plants sains", qui sont des lavandins essentiellement du clone Grosso une variété plus tolérante à la maladie. Ces plants sont mis en culture dans des serres où la terre a été préalablement désinfectée, recouvert de filet Insectproof afin d'éviter toute contamination de l'extérieur. Après 2-3 ans ces plants sont bouturés afin d'être livrés aux pépiniéristes pour les professionnels.

La France a été en 2016 le premier pays producteur mondial de lavandins. Cette production se pérennise donc en partie grâce à la filière "plants sains" du CRIEPPAM.
Outre cette filière le CRIEPPAM gère d'autres problèmes agronomiques tels que la lutte contre les cécidomyies qui sont des insectes ravageurs du lavandin, la sélection et la création de nouveaux variétés. En ce moment une étude concernant la création d'une nouvelle variété de lavandin est en cours. Ils effectuent également des essais de cultures de Thym, Romarin, Sarriette, Origan pour la création des "Herbes de Provence" un label rouge reconnu. Des cultures destinées à la parfumerie sont également présentes comme la culture d'Hysope, de Sauge Sclarée ou d'Immortelle qui est venu de Corse et qui est en pleine expansion dans le département.

Une matinée basée sur l'odorat, la découverte et la sensibilisation.

En remerciant le CRIEPPAM pour nous avoir fait part de leur métier et fait découvrir leurs locaux.  


Article rédigé par DOUMENC Gladys Déléguée communication AGRO2


Visite du parc de centrales photovoltaïques sur le plateau des Mées – 21/03/2017

Dans le cadre de leur cours sur les énergies renouvelables, les étudiants de GE2 sont allés visiter une des plus grandes fermes photovoltaïques de France avec M. Eric Michel, intervenant travaillant à la société ACD² sur Digne. Située à côté du village des Mées, sur le plateau de la Colle, cette ferme génère une puissance électrique totale de 100 MWc (alimentation de 12 000 foyers) pour une superficie d’environ 200 hectares. Il s’agit d’un ensemble de structures très récent au final puisque sa mise en exploitation ne remonte qu’à 2011. En résumé, le parc photovoltaïques des Mées est particulièrement impressionnant de par son ampleur, et constitue un pas de plus vers la transition énergétique.

​Article rédigé par Bérénice Guslevic-Lagrange, étudiante en 2ème année de DUT Génie Biologique, correspondante communication

 


Visite de la station d'épuration de Marseille - 1er mars 2017


Ce mercredi 1er mars, les étudiants de DUT Génie Biologique, option Génie de l'Environnement sont allés visiter la station d'épuration de Marseille.
Elle constitue à l'heure actuelle la plus grande usine souterraine de traitement des eaux usées au monde. Située sous le stade Orange Vélodrome, la station, qui appartient à la Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole, est exploitée par la SerRAMM (Service d'Assainissement de Marseille Métropole) qui est une société du groupe Suez. Chaque jour, 360 000 m3 d'eaux usées sont traités chaque jour, au moyen d'un traitement physico-chimique et d'un traitement biologique. Les techniques épuratoires sophistiquées qui sont utilisées permettent de diminuer un maximum l'impact des rejets sur le milieu marin. La visite du centre de traitement s'est achevée par une demie-heure de questions-réponses au personnel. 
En résumé, c'est l'une sortie les plus intéressantes et impressionnantes, que nous devons à la persévérance de Mme Carretier, Maître de Conférences et enseignante au département Génie Biologique.

​Article rédigé par Bérénice Guslevic-Lagrange, étudiante en 2ème année de DUT Génie Biologique, correspondante communication


Musée Promenade : Étude des risques et enjeux en pays dignois – Février 2017

Ce vendredi 3 février 2017, la promotion Génie de l’Environnement a été initiée à la détermination des risques et enjeux du territoire dignois. Après avoir atteint les hauteurs de la réserve géologique en empruntant les sentiers du Musée Promenade, les étudiants étaient invités à observer et décrypter le paysage qui s’offrait à eux. A l’aide des explications de Mme Barthes, enseignante en aménagement du territoire, notre équipe de pseudo-techniciens de bureau d’étude ont ainsi pu mettre en lumière les différents dangers pesant sur les habitants de Digne : risque d’inondation, incendie ou encore potentiels glissements de terrains.

​Séance de lecture de paysage au point d'observation de la réserve géologique de Digne  - 03/02/2017 (Photo de Bérénice Guslevic-Lagrange)

Face à de telles perspectives, force est de constater que l’Homme est finalement bien peu face à cette nature qui peut à tout moment détruire tout ce qu’il a construit. Il convient alors de mettre en évidence les enjeux du territoire et d’identifier les erreurs qui ont pu être commises par le passé pour de ne pas les reproduire. C’était tout là le but de cette initiation.

​Article rédigé par Bérénice Guslevic-Lagrange, étudiante en 2ème année de DUT Génie Biologique, correspondante communication


Water polo à l'IUT

Ce mercredi 8 février 2017, séance de water polo à la piscine de Digne avec les étudiants de l'IUT et les poloïstes du Club de Natation Dignois. L'entraînement s'est deroulé en plusieurs matchs de 5 minutes entre 3 équipes mélangeant étudiants et pratiquants. Une soirée qui s'est déroulée dans le fairplay et la bonne humeur, et qui pour certains a été l'occasion de découvrir un sport plus physique qu'il n'y paraît ! D'autres séances seront organisées,  un mercredi par mois environ, de 18h45 à 20h30, dans le cadre d'un partenariat entre le club et l'IUT, actuellement en cours de développement.  Une preuve du dynamisme du sport et de la diversité des activités proposées sur le campus de Digne, grâce à la motivation des étudiants et de notre irremplaçable professeur de sport,  M. Lantelme.

Article rédigé par Bérénice Guslevic-Lagrange, étudiante en 2ème année de DUT Génie Biologique, correspondante communication


Les chenilles processionnaires à l’étude

Quatre étudiants de DUT Génie Biologique de Digne-les-Bains, Rémi BONO, Bérénice GUSLEVIC, Adrien HUCHEDE et Armelle KEMPF, ont réalisé le15 décembre 2016 une conférence au lycée de la Montagne à Valdeblore, commune située dans l’arrière-pays niçois. Le thème de cette conférence portait sur la chenille processionnaire du pin et sur les problèmes qu’elle peut poser dans notre région. Le public visé par cet évènement était composé des lycéens de terminale issus de différentes filières en lien avec les sciences et l’entretien du patrimoine forestier, qui seront les futurs gestionnaires du territoire.

Cette action de sensibilisation est au cœur d’un projet d’étude sur la chenille processionnaire, entamé il y a un peu plus d’un an par des étudiants de l’IUT de Digne, dans le cadre de leur formation. Ce projet se traduit par des études sur le terrain, la recherche de solutions durables et la mise en place d’une campagne de communication afin de casser les idées reçues sur cette ‟méchante” chenille.

Cette conférence a eu le double avantage de permettre aux lycéens de mieux connaître la processionnaire du pin, mais également de découvrir le DUT Génie Biologique au travers des témoignages des étudiants présents. Le succès de cet évènement laisserait envisager l’organisation d’autres interventions sur la commune, visant un public plus large.

Article rédigé par Bérénice Guslevic-Lagrange, étudiante en 2ème année de DUT Génie Biologique


Journée de découverte ovine - 18 novembre 2016

Le vendredi 18 novembre, la bergerie Agneau du Soleil de Sisteron a ouvert ces portes à plus de 180 élèves afin de découvrir toute la modernité et la technicité du métier d'éleveur d’ovin. Les étudiants de 2éme année en DUT génie biologique option agronomie ont pu participer à cet événement ainsi que d'autres élèves de différents établissements de la région (le lycée d'enseignement général et technologique de Carmejane et GAP, le lycée Fontlongue, le lycée d'Antibes ainsi que celui de Valabre).
La journée a été rythmée autour de différents ateliers. Au travers d'une feuille de route, chaque établissement a pu découvrir l'intégralité des ateliers. Les ateliers présentaient plusieurs aspects du métier d'éleveur d’ovin : agneaux, génétique, contention, sanitaire, reproduction, clôture, chien, installation. Dans divers ateliers nous avons pu nous mettre dans la peau d'un éleveur, certains ont pu effectuer des examens sanitaires sur des ovins comme prendre leur température, examiner leur dentition, faire une échographie tel de vrai vétérinaire. C'était l'occasion pour ceux voulant s'orienter vers cette profession de toucher du doigt leur avenir. D'autres ont pu manipuler des ovins suite à leur passage dans le couloir de contention, qui permet une manipulation des animaux en toute sécurité.

    Nous avons aussi pu découvrir un nouveau dispositif de maintien permettant un meilleur bien-être animal. Il s'agit du RESTRAINER qui est composé de deux tapis roulants motorisés disposés en U qui permettent d'immobiliser les ovins. N'ayant plus d'appui au sol, les animaux sont disponibles et immobiles pour toutes interventions : identification, injections, marquage de peinture....
    Tout cela nous a ouvert l'appétit et nous avons pu profiter d'un repas offert par les organisateurs. Nous avons dégusté l'Agneau de Sisteron, un label de qualité, qui ne nous a pas laissé sur notre faim. Après ce repas nous avons découvert d’autres ateliers.
    Cette journée s'est très bien déroulée, nous avons pu enrichir nos connaissances dans le domaine animal et avoir un aperçu de ce qu'était le métier d'éleveur d’ovin. Cette journée aura peut-être éveillée chez certains des idées pour l'avenir.
    Nous remercions la Bergerie Agneau du Soleil et tous les organisateurs de nous avoir accueillis et transmis avec passion leurs connaissances.

 

DOUMENC Gladys - Déléguée communication AGRO2


Fête de la Science 2016

Deux ateliers étaient proposés par le département Génie Biologique aux écoliers, lycéens et collégiens de Digne pour la Fête de la Science le 14 octobre : une Chasse au Trésor avec un GPS, et un atelier "Découvrez la nature par les sens". Parmi les expériences originales proposées, celle de l'adaptation de l'ours polaire à son environnement : la main recouverte d'une épaisse couche de beurre plongée dans l'eau à 0° pour expériementer les capacités protectrices de la graisse contre le froid et l'humidité ; la reconnaissance odorante des huiles essentielles suite à des distillations, la vie d'une ruche et l'origine de la diversité des goùts de miels différents ou encore le lien entre la fluidité d'un mouvement et la viscosité d'un mélange (atelier eau / maïzena).

 


La journée d'intégration un rituel pour les étudiants de 1ère année - 2 octobre 2016

La journée d'intégration est une tradition dans tous les cursus universitaires. Cette journée permet aux étudiants de première année de se découvrir et de rencontrer ceux de deuxième année pour développer la cohésion étudiante.
Cette année, elle a été organisée le dimanche 2 octobre. Les nouveaux étaient conviés à partir de 13 heures au stade face à la piscine municipale de Digne-les-Bains. Les étudiants de 2ème année, présents bien avant pour planifier le déroulement de l'après-midi, étaient reconnaissables par le port d'un gilet de sécurité ou de la peinture jaune sur le visage. A partir de 13h10, les animations ont débuté avec un "parcours du combattant" du stade jusqu'au plan d'eau pour les étudiants de 1ère année. Attachés deux par deux par les pieds et les mains, ils ont du faire des pompes, marcher à quatre pattes, franchir des obstacles, le tout sous une pluie de farine, de shampoing, d'œufs et encore bien d'autres choses...

Après cette épreuve, une surprise les attendait : pour l'occasion, le BDE (Bureau Des Etudiants) avait spécialement privatisé le plan d'eau et loué des jeux gonflables. Les étudiants ont pu essayer le toboggan, le taureau mécanique ou bien le total wipeout mais avant cela une petite douche a été de rigueur.

Malheureusement, la pluie a fait son apparition mais cela n'a pas empêché des étudiants vaillants de profiter de cette journée.

La journée s'est achevée par une soirée déguisée dans la boîte Les Douze Chênes. Tous les étudiants ont joué le jeu et ont fait preuve d'imagination avec des déguisements très originaux  : lutin, poupée, rugbyman, serveuse alsacienne, danseuse du ventre, papi et mamie et bien plus encore... Après ce baptême du feu, les étudiants de première année font dès lors partie du cercle des étudiants du site de Digne-les-Bains de l'IUT d'Aix-Marseille.

Cette journée d'intégration a été une grande réussite, placé sous le signe de la bonne humeur et de la convivialité. Les retours de la part des étudiants ont été très positifs. Merci au BDE pour l'organisation de cette journée qui a pris du temps et de l'énergie, et aussi aux 200 étudiants pour leur participation.

DOUMENC Gladys Déléguée communication AGRO2

 


Le DUETI en DUT Génie Biologique : retour d'expériences

Jeudi 23 juin 2016, Arthur Lamoliere  et Emma Vincent-Cuaz, étudiants en DUETI (Diplôme Universitaire International) et diplômés de DUT Génie Biologique ont passé leur soutenance devant un jury après avoir étudié un an au niveau licence en Ecosse. Ils sont revenus à Digne présenter leur mémoire et ont évoqué des sujets aussi divers que les enjeux du Brexit, la conservation de l'environnement comparée Ecosse/France, les parcs naturels en Europe...

Les étudiants ont tout particulirêement apprécié la découverte d'autres cultures et pratiques pédagogiques ainsi que l'opportunité d'améliorer leur anglais, des atouts indéniables pour leur avenir. A l'unanimité, ils encouragent leur cadets à l'IUT à profiter pleinement de la possibilité d'étudier à l'étranger permise par le DUETI qui constitue le moyen pour ces jeunes de valoriser leur année passée à l'étranger par l'obtention d'un double diplôme en France avec le Bachelor obtenu à l'étanger. Afin de réaliser leur projet d'ouverture vers l'international, les étudiants ont droit à plusieurs aides financières par l'intermédaire du programme ERASMUS, par la Région PACA, le ministère et selon les cas par leur commune de résidence.

Grâce au partenariat qui existe avec l'IUT depuis 13 ans maintenant, Arthur et Emma ont passé leur année au sein de Edinburgh Napier University, respectivement en biologie environmentale et en biologie marine. Ils ont pu profiter également de la participation à deux études sur le terrain, au Portugal et dans les îles en Ecosse. Ayant apprécié leur expérience sur tous les plans, ils comptent maintenant tous les deux continuer leur cursus en Master, toujours à Edinburgh Napier University.

Sur la photo : Arthur Lamoliere  et Emma Vincent-Cuaz (à gauche), étudiants de GB en DUETI de la promotion 2015/2016 à l'IUT entourés de l'équipe des relations internationales ainsi que de Laurent Beranger, Responsable de l'option Agronomie du DUT GB.

 


Sortie sur le terrain avec l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

Dans le cadre du module d'écologie, nous avons eu l'opportunité d'effectuer une sortie sur le terrain avec deux agents de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), le six novembre 2015. Nous étions donc accompagnés de Madame Chalando, notre professeur d'écologie à l'Institut Universitaire Technologique (IUT) de Digne-les-Bains, ainsi que de madame Durbec, Chef de Brigade sur le territoire de Barcelonnette et de monsieur Poire, Agent Technique de l'Environnement.
Nous sommes partis de la commune de Prads-Haute-Bléone, située à une trentaine de kilomètres de Digne-les-Bains pour effectuer une randonnée pédestre dans le but de déterminer les différentes espèces animales présentes sur le territoire. Elles sont réparties sur différents étages de végétation selon leur morphologie, leur régime alimentaire ainsi qu'en fonction de la prédation qu'elles subissent. Nous nous sommes rendus jusqu'au site du Cirque de Vachière et avons eu la chance d'observer quelques espèces animales en chemin.

Avant d'arriver au départ de notre randonnée, nous nous sommes arrêtés dans un champ pour constater  l'impact du sanglier (Sus scrofa). Cette espèce est un mammifère omnivore forestier.Depuis la disparition du loup, de l'ours et du lynx, c'est une espèce qui prolifère car elle n'a pas de prédateurs. C'est par conséquence aujourd'hui, un animal nuisible pour les cultures car il y provoque d'importants dégâts en fouissant. De ce fait, sa chasse est autorisée durant certaines périodes. Par ailleurs, c'est un animal intelligent, capable d'inventer des stratégies pour échapper à la chasse, le rendant d'autant plus nuisible.

Peu après le départ de notre randonnée, un panneau nous informe de notre entrée dans une zone pastorale. La pratique du sylvopastoralisme permet de lutter contre la fermeture naturelle des milieux. Les agents de l'ONCFS nous expliquent qu'il est nécessaire de prendre tous les facteurs en compte.
S'il est réalisé trop tôt, le sylvopastoralisme peut nuire à la croissance de buissons qui seront essentiels pour la survie des galliformes, terme utilisé pour désigner des oiseaux ayant une constitution massive et un bec épais. Parmi les oiseaux présents sur le territoire, nous pouvons retrouver la gélinotte des bois (Tetrastes bonasia) ou encore le tétras-lyre (Tetrao Tetrix). De manière générale, ces oiseaux présentent des adaptations spécifiques au niveau de leur tube digestif, ce qui leur permet de se nourrir d'aiguille de pin pendant l'hiver. Ce faible apport nutritionnel est souvent leur cause première de mortalité lors de cette période, associé au dérangement provoqué par les skieurs pratiquant le hors-piste.
Dans le but de protéger les galliformes, l'ONCFS réalise donc des cartes de zones d'hivernage pour tenter de limiter l'impact humain sur ces espèces. De plus, les agents de l'ONCFS sont les médiateurs entre les acteurs du pastoralisme et ceux de la sylviculture. Il s'agit de trouver un compromis pour assurer à chacun une certaine pérennité, tout en préservant la faune sauvage.

Nous continuons notre sortie, ponctuée de pauses d'observation lorsque nous apercevons des animaux. C'est également l'occasion de comprendre les différentes interactions entre les animaux en fonction de leur milieu naturel.
Nous avons ainsi pu observer un jeune mouflon (Ovis orientalis musimon), probablement âgé de quatre ans selon la longueur de ses cornes, ainsi que quelques chamois(Rupicapra rupicapra).
C'était l’occasion pour certains camarades de notre promotion pratiquant la chasse, de dévoiler leurs compétences en matière de repérage d'animaux dans les collines...

Les différents étages de végétation se dévoilent. Nous distinguons rapidement la différence entre l'étage sub-alpin et  l'étage alpin où la végétation est beaucoup plus rase. A cette période de l'année, il est aisé de différencier les mélèzes (Larix deciduades) des autres essences, car il s'agit d'un conifère perdant ses aiguilles pendant l'hiver. Cette particularité lui confère pendant quelques temps une couleur jaune qui se détache par rapport aux autres conifères qui restent de couleur verte.

Notre sortie se finit sur une présentation vidéo-projetée par les agents de l'ONCFS,  en se focalisant plus particulièrement sur le loup (Canis lupus). En France, l'ONCFS se charge de recueillir les données sur le loup, principalement concernant son aire de répartition ainsi que l'évolution de celle-ci. C'est avec grand intérêt que nous avons appris qu'il existait des laboratoires permettant de d'analyser les différents échantillons que récoltent les agents de l'ONCFS lors qu'ils pistent les loup. Cet animal est un véritable problème pour les éleveurs de brebis du fait de sa nature opportuniste et est la source de nombreux conflits. C'est cependant une espèce protégée depuis 1993 et qui ne peut donc être chassée sauf dans des cas extrêmes de dommages importants sur le bétail ou s'il menace la sécurité des populations.

Toute la promotion a apprécié cette sortie et nous remercions Madame Chalando pour son organisation, ainsi que Madame Durbec et Monsieur Poire pour les nombreuses connaissances qu'ils nous ont transmises lors de celle-ci.

Texte et photos : Isabelle CANIHAC- DUT Génie Biologique 2 - Option Génie de l'Environnement - 2016


L’IUT de Digne-les-Bains fête la science !

C'est sous un beau soleil d'automne, que l'I.U.T. de Digne-les-Bains a accueilli pour la première fois le village des sciences les 9 et 10 octobre. Cet événement s'inscrivait dans le cadre de la fête nationale de la science organisée par le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dont le but est de sensibiliser les plus jeunes aux sciences et de susciter des vocations.

Plusieurs ateliers étaient animés par des étudiants en Génie Biologique de l'I.U.T. et les BTS Domotique du Lycée Pierre Gilles de Gennes sur le thème de la lumière et de la vie. Ces ateliers qui se sont adaptés à tous les types de publics proposaient des expériences, des animations, des diaporamas et des photographies. Les étudiants de Génie Biologique ont présenté divers ateliers tels que la bioluminescence des animaux terrestres et marins. Le public était pris en charge par six élèves qui présentaient le mécanisme, réalisaient des expériences et apprenaient aux plus petits comme aux plus grands les bases de quelques manipulations en laboratoire. Un autre atelier très ludique, tenu par deux élèves, portait sur le mécanisme de la vision et des effets d’illusions d’optique. Celles-ci avaient organisé un parcours que le public pouvait suivre afin de découvrir la structure de l’œil (grâce à la dissection d’un vrai œil), les différentes illusions d’optiques ainsi que les maladies de l’œil. Les étudiants de Génie Biologiques ont réussi leurs missions et ont su satisfaire le public avec leurs ateliers.

D'autres stands étaient tenus par des professionnels sur d'autres thèmes comme la paléontologie ou l'astronomie.

Ce premier rendez-vous a été un franc succès puisqu'il a permis de recevoir plus de mille visiteurs sur deux jours, le vendredi étant réservé aux scolaires. Cet événement a donné lieu à de nombreux échanges dans une très bonne ambiance. De plus, cette manifestation a reçu la visite des élus locaux et les félicitations de la mairie.

À l'année prochaine !

Emma VEDEL, Correspondante communication DUT AGRO 2015-2016 - Photos :  Nicolas Hemery

 


Sortie à la Tête de l'Estrop - septembre 2015

Le compte rendu et les photos d'Isabelle Canihac en téléchargement ici


Sortie botanique en Ubaye : Colmars les Alpes, Col de l'Encombrette, Lac d'Allos

Les étudiants de 1ère année Génie biologique, dans le cadre des cours de systématique, ont réalisé une sortie dans un cadre splendide : de Colmars les Alpes au col de l'Encombrette en redescendant sur Allos, les étudiants ont pu observer sur les 25km de randonnée pédestre et 1500m de dénivellé tous les étages de végétation avec contraintes et adaptations associées de la faune et flore. De l'étage montagnard à l'étage alpin, bouquetins, marmottes, chamois étaient au rendez vous au milieu des gentianes, soldanelles, androsaces, lys martagon et autres joubardes. L'influence du pastoralisme sur ces paysages de montagne a été aussi bien observé. Toutes ces données étudiées serviront ensuite en 2ème année des options agronomie et génie de l'environnement.


La fabuleuse odyssée des plantes

"La fabuleuse odyssée des plantes", un travail réalisé en cours d'Expression Communication. Après un cours magistral en amphi, les élèves de primaire de l'Ecole Paul Martin de Digne reproduisent le travail des abeilles sous la conduite des étudiants de DUT Génie Biologique

 


Sortie d'Hydrobiologie sur le Bès

En deuxième année de DUT Génie Biologique,option Génie de l'environnement et avec les cours d'hydrobiologies qui nous sont dispensés, nous avons réalisé une pêche électrique sur la rivière du Bès (04). Pas d'inquiétude, le but de la manœuvre n'étant pas de se nourrir (quoique tentant), mais de réaliser un inventaire des espèces piscicoles ainsi qu'une sauvegarde des individus en vue d'un aménagement de berge chez un agriculteur.

Nous avons donc tous enfilé nos Waders (pantalons étanches) et récupéré les poissons attirés par la cathode (canne électrique). (Voir photos ci-dessous)

La pêche fut fructueuse : après trois passages sur le tronçon une douzaine de poisson est récupérée, pour la plupart des truites fario juvéniles (Salmo trutta) qui profitent des fosses pour s'abriter et se reposer.
La finalité étant de récupérer les poissons sur le tronçon court-circuité, les identifier, les mesurer et les peser pour ensuite  les relâcher plus en aval du cours d'eau.

S'en est suivie la caractérisation du tronçon par le pourcentage de radier, de fosse et de plat. Nous remercions notre enseignant M. Duru de nous avoir fait découvrir son métier et sa passion lors de cette sortie.


Texte : Paul-Loup Lecomte
Photographies : Pierre Hedon

 


Une journée au beau milieu des vaches !

Dans le cadre de la formation Génie Biologique, les étudiants de 2ème année en DUT option agronomie se sont rendus dans les alentours de Seynes-les-Alpes (04) afin de visiter des exploitations bovines.
Le mercredi 15 octobre 2014, nous nous sommes rendus sur l'exploitation du Gaec du Buissonet qui est une ferme polyculturale. Plus particulièrement un élevage de vaches laitières de race Montbéliarde, nées et élevées à la ferme. Le Gaec propose différents produits issus de la production et de la transformation du lait de vache, essentiellement des yaourts, du fromage, du lait cru fermier ou encore de la faisselle. Les produits sont transformés et vendus en vente directe sur l'exploitation ou exportés dans différentes régions.

Dans un premier temps, le chef d'exploitation nous a présenté de manière générale le système de production de l'élevage, la conduite du troupeau, la traite et la transformation du lait en produits commercialisables.


Ensuite, un de ses associés nous à présenté une machine révolutionnaire pour procéder à la traite des vaches : un robot informatisé qui permet de traire les vaches 24h/24h et 7j/7 afin de limiter l'intervention des éleveurs.
Il nous a également fait part de l'action primordiale des éleveurs en ce qui concerne l'amélioration de la race, en participant au schéma de sélection génétique.

C'est une chance pour nous d'avoir visité cette exploitation innovante, munie de nouvelles technologies et de techniques qui leur a permis de valoriser leur élevage et ainsi de booster l'amélioration de la race Montbéliarde.

Seul petit bémol : nous n'avons pas pu goûter aux produits de la ferme, à notre grand regret …  

Texte et photo : Héloïse Verdier
Déléguée communication DUT Génie Biologique option Agronomie


Sortie au refuge de l'Estrop

Les cours théoriques sont une chose mais ne peuvent être dissociés de la pratique : c'est pourquoi  le 4 septembre 2014, nous avons réalisé une sortie au refuge de l'Estrop avec notre enseignant Patrice Reynaud. La massif de l'Estrop étant fortement impacté par l'action de l'homme (élevage et reforestation), il a été intéressant d'étudier l'enthropisation et l'écologie du milieu. Lors de cette superbe randonnée, de nombreuses plantes rencontrées ont été étudiés, déterminées et gravée dans notre mémoire (enfin presque toutes !).

La sortie a été ponctuée de « Regardez là-haut : des chamois, des marmottes, des casse-noix mouchetés ..." et enfin par le déjeuner bien mérité -et surtout attendu-, pris au bord du cours d'eau.

Le beau temps était au rendez-vous, cependant nous n'avons pu aller jusqu'au refuge par manque de temps.


Bouillon Jaune


Aconit nappel (Aconitum nappel)


Chamois

La descente a semblé interminable mais nous sommes enfin arrivés aux voitures. Les étudiants de Génie de l'Environnement ont bien dormi le soir, avec tous ces kilomètres dans les mollets, des noms latins de plantes plein la tête et des paysages magnifiques en mémoire.

Casse-noix moucheté

Aconit tue-loup (Aconitum vulparia) en cours de détermination

Clématite brûlante (Clematis flamula)

Texte et photographies par Paul-Loup Lecomte,
étudiant en DUT Génie Biologique option Génie de l'Environnement, délégué communication


Via Ferrata du rocher de neuf heures, Digne les Bains, samedi 16 novembre 2013

Sur une très bonne initiative de notre prof' de sport préféré Igor Lantelme, nous sommes allés pratiquer la via ferrata de Digne. Avec une super équipe composée exclusivement de Génie bio première année et d'AGRO2 ainsi que de nos chers professeurs Laurent Béranger, Véronique Chalando, Pierre Aussaguel, Benjamin Montaignac, Igor Lantelme et Florence Campin-Côte. Cette joviale équipe de 16 personnes, encadrée d'Oscar et Anne, les guides de « Salamandre escalade », s'est rendue à la via ferrata, après une montée des plus ardues, sous un soleil radieux. En groupe de deux nous avons attaqué la via ferrata, à grand coup de blagues plus ou moins fines, dans la joie et la bonne humeur. De nombreuses photos à tendance assez peu avantageuses ont été prises d'un grand nombre de participants, car il faut l'admettre, certains étaient plus confiants que d'autres ! De la tête de file avec les grimpeurs les plus à l'aise, jusqu'à notre irremplaçable dernière, Mme Chalando, les murs, les échelles et autres parcours se sont enchaînés, rythmés par les changements de couleurs de Mr Montaignac à l'approche des ponts de singe, malmené par Mr Béranger, visiblement beaucoup plus à l'aise. Après deux/trois heures de via, accompagnés de rires, de chansons et de bonne humeur, nous avons reposés les pieds au sol. Retour à la terre ferme rapidement transformé en goûter. La majeure partie du groupe est montée sur le rocher surplombant la ville pour profiter du paysage et prendre quelques photos. Après quoi nous sommes redescendus, en maintenant les discussions jusqu'au moment de se dire au revoir, vers 17 heures. Après cette journée bien remplie de bons moments partagés, nous avons tous pu savourer nos courbatures bien méritées.

GUITTON Jean

Délégué GB AGRO 2, correspondant communication

Photos : Pierre Aussaguel


Une semaine dans la vie d'un étudiant du Génie Biologique

Photos Alban Mazars-Simon, étudiant en 2ème année de DUT Génie Biologique, délégué suppléant - novembre 2013

Visite de la station d'épuration du lycée agricole de Carmejane

TP sur la déminéralisation


L'IUT vu par Alban Mazars-Simon, étudiant en 2ème année de DUT Génie Biologique, délégué suppléant - novembre 2013

IUT AIX MARSEILLE DIGNE

Le 3ème étage du bâtiment où se situent tous les laboratoires de biologie, chimie et les salles informatiques

 

IUT AIX MARSEILLE DIGNE

Le hall d'entrée vu de la cafétéria, avec les photos de Jean Huet

IUT AIX MARSEILLE DIGNE

Le hall de l'IUT côté entrée


Fichier attachéTaille
Image icon photo_2.jpg436.24 Ko
Image icon photo_3.jpg549.88 Ko
X

Inscription ou réinscription à l'IUT : toutes les infos sont ici